Etika participe à la fondation d’une nouvelle banque sociale en Belgique

, par Ekkehart Schmidt

Devant le constat de l’inadéquation grandissante entre les besoins exprimés par l’économie réelle et le chemin pris par les banques dominantes, nos voisins belges se sont lancé un défi de taille : créer une nouvelle banque ex nihilo, qui a pour objet de répondre aux
besoins des épargnants mais aussi des entreprises.

Cette banque - appelée pour l’instant New Bank, en attendant une dénomination finale - sera une banque coopérative, c’est-à-dire
que cette banque appartiendra à ses clients et chaque souscripteur d’au moins une part de cette banque aura une voix pour participer
aux décisions concernant les orientations de New Bank, indépendamment du nombre de parts en sa possession, comme c’est le cas pour les banques fondées sous forme de société anonyme où ce sont les gros actionnaires qui imposent leur volonté. Les membres fondateurs de NewBank sont tous issus de la société civile et du monde du travail belge : il y a bien sûr les acteurs clés de la finance sociale belge comme le Réseau Financement Alternatif (qui fait à peu près le même travail que etika sur la zone Wallonie-Bruxelles), le Netwerk Vlanderen (le pendant flamand du Réseau Financement
Alternatif) ; le Crédal, Hefboom mais également des ONG comme 11.11.11 (l’équivalant du Cercle de Coopération des ONG de
développement en Belgique) ou Greenpeace et Caritas Belgique, des mutuelles et des syndicats issus des deux communautés linguistiques
de la Belgique. Elle a été constituée officiellement le jeudi 14 juillet 2011.

A l’heure où l’on nous rebat les oreilles sur la fin de la Belgique, il est rassurant de constater que les communautés linguistiques dépassent
le cadre des conflits nationalistes. L’objectif de New Bank est de proposer un service bancaire complet pour l ‘épargnant (compte
courant, de dépôt et à vue, carte de crédit etc.) comme pour les entreprises en sélectionnant uniquement les activités économiques créatrices d’emploi et de lien social. Les activités à caractère spéculatif ou contraires à l’intérêt général seront bien entendu exclues du champ
d’investissement de New Bank.

Dans un premier temps, cette banque sera une banque Internet, mais il est prévu à l’avenir de quadriller le territoire belge en installant despermanences dans les organisations fondatrices de la Banque : l’idée est de toucher toutes les personnes désirant mettre leur argent au service d’une finance respectueuse de l’être humain et de son environnement.

Etika est l’unique organisation non belge parmi les fondateurs de New Bank. Notre participation se concrétise par le financement de
l’étude de faisabilité : celle-ci devrait rendre ses conclusions à la fin de l’année 2011 et déterminer si une telle aventure a des chances de
fonctionner. Il était en effet logique pour nous de participer à la fondation d’une nouvelle banque sociale, car ce genre d’évènement n’est pas courant, surtout avec autant d’organisations de la société civile dont des représentants du monde syndical. Jusqu’à présent, seuls les québécois ont réussi le tour de force de créer une telle banque avec la fondation de la Caisse Desjardins en… 1900 ! Les autres grands acteurs de la finance sociale européenne (Triodos,
Banca Etica, GLS Bank) sont toutes néés à l’initiative de petites organisations privées, sans le concours des syndicats. Nous vous
tiendrons bien entendu informés des suites de ce projet.