IBLA - L’Institut fir biologesch Landwirtschaft an Agrarkultur Luxemburg

, par Jean-Sébastien Zippert














L’Institut fir Biologësch Landwirtschaft an Agrarkultur (IBLA) asbl est aujourd’hui l’unique institution proposant du conseil et s’engageant dans le conseil, la recherche, des projets et de la documentation spécifiquement pour l’agriculture biologique luxembourgeoise.

En 2009 l’IBLA a obtenu une augmentation de la ligne de crédit qui avait été accordée par etika et la BCEE en mai 2000 pour la gestion du service de la Beratungsstelle für biologische und bio-dynamische Landwirtschaft (voir explications en bas). Le montant du crédit, qui était 14.874 EUR ä l’époque, s’élève maintenant a 35.000 EUR (durée du crédit : 1 an renouvelable).

Au Luxembourg existaient à l’époque deux associations (asbl) de fermiers biologiques : la Verenegung für biologischen Landbau Luxemburg asbl. (responsable du bioLABEL) et le Verain fir biologesch dynamesch Landwirtschaft (responsable du label DEMETER).

Ensemble les deux associations avaient crée la Beratungsstelle für biologische und bio-dynamische Landwirtschaft, un centre de vulgarisation agricole bio. Cette Beratungsstelle était sous la „tutelle“ d’une sociétè de fait crée entre les deux associations. En 2008 les deux associations ont crée une plateforme de promotion de la recherche en agriculture bio : l’IBLA. „En 2009 nous venons d’abolir la sociétè de fait et de transférer la Beratungsstelle sous la tutelle de l’IBLA et nous avons demandé dans ce contexte une prolongation d la ligne de crédit“, explique Claude Felten de l’IBLA.

Pour pouvoir réaliser ses projets de recherche et de communication en étroite collaboration avec les agriculteurs, les employés de l’IBLA doivent souvent rendre visite à ces agriculteurs ou visiter des champs d’essai au Luxembourg.

Par exemple, l’IBLA et l’Institut vini-viticole de Remich collaborent pour proposer un service offrant des conseils en matière de viticulture biologique. L’objectif de ce service installé début 2012 est de fournir aux viticulteurs les conseils adéquant pour effectuer vers une production écologique. Georg Meissner, expert allemand en viticulture biologique, va former les viticulteurs et vignerons luxembourgeois qui souhaitent réaliser la conversion vers le bio.

En plus pour se former et faciliter des échanges avec les professionnels de l’agriculture biologique venants des pays voisins, des déplacements à l’étranger sont nécessaires. « Des moyens de transport en commun sont employés dès que possible », on souligne chez l’IBLA, « mais souvent, le transport de matériels nécessaires et la situation des fermes rendent la voiture incontournable ». Ainsi on a acquit et janvier 2012 une voiture de modèle Citroën Berlingo. Pour l’achat l’IBLA a demandé un crédit d’investissement de 14.300 euros de etika et la BCEE. En mars 2012 ce crédit a été accordé avec une durée du prêt de trois ans.

En 2011, des déplacements d’environs 16.000 km ont été parcourus. Jusqu’à l’acquisition de la voiture, l’IBLA dédommageait ces employés pour les trajets parcourus avec leurs voitures personnelles. « En plus de l’usure de ces voitures, cela posait surtout problème pour les employés n’étant pas en possession d’une voiture » explique Raymond Aendekerk, à l’époque directeur de l’association.

« Aussi, pris en compte le nombre de déplacements nécessaires, cela nous revenait plus cher que d’investir dans une voiture de fonction. » Donc le Berlingo facilitera le travail de recherche et de communication pour l’agriculture biologique, le rendra plus efficace, et en même temps soulagera les six employés, souligne Aendekerk.

Plus d’informations : l’issue No 60 du périodique Agrikultur de juillet 2016 se consacre du thème de la conversion („Umstellen auf Bio“, en allemand ) ; Vidéo sur le travail del’unité Recherches d’IBLA.

Contact : (IBLA), Stéphanie Zimmer, Oikopolis, 13 Parc d’Activité Syrdall, L-5365 Munsbach, Tel : 26 15 13 - 85, bernd.ewald@ibla.lu

Article du 15 décembre 2003, actualisé le 9 janvier 2017