Le AKABO Fashion Truck

, par Ekkehart Schmidt

Même s’il existe au Luxembourg une quinzaine de magasins bio où l’on peut acheter des fruits et légumes ou des articles de cosmétique, il n’y en a que quelques magasins, la plupart dans la capitale.On peut nommer plusieurs boulangers, une boucherie, six boutiques du monde, plusieurs restaurants bio dans lesquels on peut aussi acheter quelques produits bio (comme chez nos projets Chez Julie et Casa Fabiana) et un magasin pour tout ce qui concerne la construction et rénovation avec des matériaux bio.

Un assortiment de vêtements bio, fair et à la mode n’avaient jusqu’à présent seulement trois magasins : „Akzente“ dans l’Oikopolis à Munsbach (seulement une petit offre), „Nick Nack“ à Ettelbrück (qui n’offre qu’une marque) et le projet etika „Naturwelten“ à Bonnevoie (qui s’est spécialisé dans les habits pour bébés mais qui n’est pas spécialisé dans la vente de vêtements à la mode pour les adultes). "Minka", un autre magasin spécialisé dans la mode, qui existait aussi à Bonnevoie, n’a pas survécu. À la recherche d’un pantalon, d’une chemise ou d’un manteau en qualité bio peu de gens y trouvent le chemin mais préfèrent de rechercher dans des boutiques des rues commerçantes et leur offre plutôt conventionnel. Ou commandent via des site de vente par correspondance comme „Waschbär“ (ce qui n’est pas logique en terme d’écologie).

Karel Lambert (photos), un collaborateur des CFL, n’est pas le seul qui était insatisfait avec cette offre réduit. il a souhaité remédier à ce manque de distribution et commercialisation. „Au début je me suis demandé pourquoi il y a au Luxembourg un offre de nourriture saine, bio et fairtrade, mais non pas une offre de vêtements trendy et urbaine ?“ La prochaine question était, comment soutenir ce secteur d’activité et aller le chercher au Luxembourg. Et si on ouvre un magasin soi même ? À la recherche d’une solution il y avait un coup de génie : un magasin mobile, par exemple dans un bus ! Mais bien sûre ce ne devrait pas être un caddy conventionnel, mais un véritable „Fashion-Truck“. On est flexible en ce qui concerne l’emplacement, on n’as pas de coûts de logement, à cause de la mobilité on est quasiment omniprésent et attractive.

Bien sûr il y a aussi des désavantages comme le besoin d’un permis de conduire spécial, le risque d’un défaut et on n’aurait qu’une espace â vendre de 20 m². Un peu de temps après les premiers réflexions Karel Lambert avait la possibilité d’acheter un bus de 1996 en bon état. Après avoir fait un business plan il ose de devenir entrepreneur. Restaurer le bus coûtait 8 000 euros, pour la décoration de l’intérieur dans une garage à Dortmund il fallait compter 45 000 euros. En même temps il recherchait l’offre de vêtements de mode bio et décidait de vendre les marques Armed Angels, Bleed, Recolution et Room to Roam. Pour ces travaux et l’achat d’un premier assortiment Karel Lambert demandait chez etika et la BCEE un crédit et une ligne de crédit de 80 000 euros (durée de 5 ans), ce qui était accordé fin 2014.

Karel, sa femme et leurs enfants ont fêté l’ouverture avec beaucoup d’amis le 4 avril 2015 dans le Skatepark "Park & Ride" à Dudelange, entre autre avec un concert de "Ice in my Eyes", "Cluster 5" et - évidemment - un défilé de mode. Depuis le 7 avril le bus bat la campagne.

Pour un début il y aura des points de vente changeant d’un jour à l’autre comme les supermarchés NATURATA à Dudelange (mardi), Munsbach (mercredi) et Erpeldange (jeudi) ainsi que les trois marchés hebdomadaire de Beckerich, Esch-sur-Alzette (vendredi) et Luxemburg-Ville (samedi).

En plus il y a les trois festivals de musique annuels ou on va voir le bus : le „Rock-a-Field“ en juin à Roeser, „Food for your senses“ en juillet (sauf en 2015) à Bissen et „ELake“ en août à Echternach.

Bien sûr le bus peut être présent aussi lors d’autres événements. Et on va être capable de le louer pour des fêtes et d’autres événements privés pour essayer et acheter tranquillement.

En collaboration avec "NATURWELTEN wunnen an schlofen" AKABO va ouvrir en septembre 2016 la première "Akabobuttik" dans le quartier Gare à Luxembourg (8, rue bonnevoie) en face du restaurant bioo "Casa Fabiana".

Contact  : Karel Lambert
Aka-Bo sàrl, ethical & responsible clothing
48, rue du chemin de fer
L-3466 Düdelingen,
Tel. : 661 801 259,
kareltrotter@hotmail.com
Homepage

Article apparu au Journal en juin 2015

Article du 23 mars 2015, dernière actualisation le 14 septembre 2016