Wunnéngshëllef crée « Jugend-Wunnen »

, par Ekkehart Schmidt
















Promouvoir l’inclusion sociale par le logement

Wunnéngshëllef a pour but l’inclusion sociale de personnes par le biais du logement. Pour cela, l’association peut compter sur un réseau de 24 membres, tous des acteurs sociaux sur le territoire luxembourgeois. « Nous ciblons principalement des personnes qui ne peuvent participer que difficilement à la vie sociale et qui courent fréquemment le risque d’être exclues », explique Georges Andrade, chargé de direction. « Sont visées des familles en crise ou à structure monoparentale et bas revenus, des personnes seules vivant souvent à la limite du seuil de pauvreté », ajoute-t-il.

Le fait que Wunnéngshëllef soit une organisation composée d’associations distingue le projet des autres acteurs dans ce domaine. « Nous favorisons le travail en réseau, chaque projet de vie implique trois parties, l’usager, le service partenaire et Wunnéngshëllef. L’implication des trois acteurs est pour nous le garant de la qualité du travail social, et nous sommes convaincus que cela permet de faire avancer les projets de vie de façon positive », dit Georges Andrade.

L’association met à disposition des logements depuis près de 30 ans. « La mise à disposition de nos logements pour une durée de 3 ans permet à des personnes qui, au gré des aléas de la vie, se retrouvent dans des situations difficiles et souvent précaires, d’avoir une stabilité pour redresser leur situation », explique Georges Andrade. Le but étant de pouvoir à nouveau intégrer un logement du marché ou d’un bailleur social.

Pour soutenir les personnes dans leurs projets de vie individuels, le réseau de travailleurs sociaux venant de différentes associations effectue un accompagnement social personnalisé (gestion administrative et financière, recherche d’emploi, garde d’enfants etc.). Selon les besoins de chaque personne, l’accompagnement peut être plus ou moins intensif.

Dans le cadre d’un nouveau projet de logements appelé « Jugend-Wunnen », on cible de jeunes adultes sortant d’institutions, de centres d’accueil ou de situations familiales conflictuelles. Pour bénéficier d’une chambre dans une maison communautaire, les jeunes doivent fréquenter un établissement d’études secondaires ou effectuer un apprentissage.

« Nous avons pour objectif de créer sept chambres communautaires dans une maison à Bonnevoie (voir photos). Ces chambres seront mises à disposition de jeunes adultes, élèves inscrits dans un établissement d’études secondaires ou à des jeunes en apprentissage. La mise à disposition de ces logements à des jeunes sortant par exemple d’institutions pour mineurs ou bien contraints de quitter le domicile familial à cause de conflits incessants, se veut être un moyen de lutte contre le décrochage scolaire. Le but principal étant de donner un cadre stable à ces jeunes pour qu’ils puissent terminer leur scolarité ou leur apprentissage et commencer leur parcours dans la vie active avec un diplôme de fin d’études en poche », explique Georges Andrade.

L’investissement total s’élève à 1 million d’euros. En septembre 2016, l’association a obtenu de la part d’etika et de la BCEE un crédit d’investissement de 250 000 euros (durée : 15-20 ans). La structure des logements s’adresse à des jeunes adultes entre 18 et 27 ans, scolarisés dans un établissement d’études secondaires ou en apprentissage. Les travailleurs sociaux de Wunnéngshëllef et des différentes écoles auront plus de moyens pour venir en aide aux jeunes et ainsi mettre tous les atouts de leur côté pour qu’ils réussissent leur scolarité.

Cet aspect est important, car la mise à disposition de logements n’est pas le point innovateur de ce projet. « Nous gérons actuellement cinq maisons différentes et pouvons déjà apporter notre soutien à 54 jeunes dans leur parcours. Nous voulons cependant investir plus de moyens dans l’accompagnement des jeunes et, en plus du logement, les soutenir dans divers domaines de la vie quotidienne. Chaque jeune qui entre dans nos structures, arrive avec diverses compétences et lacunes. Le groupe est une ressource et nous voulons axer notre action sur l’encadrement du groupe pour favoriser l’entraide entre pairs et ainsi leur permettre de vivre le plus possible de façon autonome. »

Voir ici un film sur le projet :

Au 31/12/2015, l’association a géré 110 logements pour personnes isolées et familles, et 54 chambres pour jeunes adultes entre 18 et 27 ans.

Contact : Wunnéngshëllef, 60 rue des Romains, L-2444 Luxembourg, tél. 408.208-2 / 408.204, site web

Article du 2 décembre 2016, actualisé le 5 décembre 2016