Alter Echos asbl - Radio ARA

, par Jean-Sébastien Zippert

Alter Echos a pour objet la mise en place, l’animation et l’exploitation d’une radio associative (radio Ara ) qui existe depuis 1992 au Luxembourg. Radio ARA s’adresse à tout type de public, y compris à des personnes généralement négligées par les autres radios comme les SDF ou les prisonniers.

Une des émissions les plus connus est "Graffiti" : un programme pour jeunes diffusées sur Radio Ara. Ici tous les jeunes âgés entre 12 et 26 ans ont l’opportunité de réaliser leur propre émission radio.

Chez Graffiti les jeunes ont la possibilité de diffuser la musique qu’ils aiment, créer des reportages, interviews ou des débats sur des sujets qui les intéressent. "On n’as pas besoin d’avoir peur concernant tous les aspects techniques, ici on peux apprendre comment manier un micro, rendre les interviews intéressantes ou bien comment utiliser un programme de montage digital...", dit Sandra Laborier, rédactrice de Graffiti. Graffiti diffuse ses émissions du lundi au vendredi de 14h à 17h sur les ondes de Radio Ara 102,9 et 105,2 FM (contact : info@graffiti.lu).

En avril 1998, ARA a obtenu une ligne de crédit d’un montant de 44.621 euros pour la gestion quotidienne de la trésorerie. La durée du crédit est de un an et a été renouvelée à ce jour (2014).

Le projet de loi 7631 qui vise à réformer l’aide à la presse, n’est pas du goût des radios locales établies au pays depuis la libéralisation des ondes de 1991, selon la woxx du 10 septembre 2020.

Le texte visé contient bien un paragraphe sur les « éditeurs citoyens » qui ne poursuivent pas de but lucratif, et qui peuvent par conséquent bénéficier d’une aide spécifique pouvant aller jusqu’à 100.000 euros par an. Contrairement à l’aide à la presse « normale », qui est réservée à la presse écrite, cette aide spéciale est aussi destinée à des radios dites « citoyennes ». Mais pour pouvoir en bénéficier, la radio doit embaucher deux journalistes à plein temps.

Or, les radios locales ne disposent pas des moyens financiers pour remplir cette condition de départ et auraient besoin d’autres types de financement structurels pour pouvoir maintenir leur rôle en tant qu’actrices importantes de la vie culturelle locale. Elles exigent une législation spécifique adaptée à leur situation, qui est au moins aussi précaire que celle des autres médias visés par la nouvelle loi. Entre autres pour Radio Ara - il y a donc un grand risque que les dispositions du projet de loi se révèlent un cadeau empoisonné pour les radios locales.

Contact :
4, place des Rotondes
L-2448 Luxembourg tél. : 22 22 -89 (bureau), -88 (studio), radioara@pt.lu, site web

Article du 19 septembre 2003, dernière actualisation le 13 novembre 2020