CELL - en transition pour un monde post énergies fossiles

, par Stéphanie Majerus

« Un de mes buts est d’empêcher qu’on donut se crée », explique Norry Schneider, le premier salarié de CELL (Centre for ecological learning Luxembourg). « Par là je veux dire, qu’il est important que l’échange entre les différents sous-groupes de CELL ne sombre pas. Sinon un trou de communication se développe qui anéanti la dynamique de notre réseau », dit Norry Schneider, diplômé en sciences environnementale.

En 2010 le CELL a été fondé avec l’idée de créer une plateforme, qui anime la réflexion sur des stiles de vie et de production post-fossiles pour de suite les implanter. La fondatrice de CELL est l’anthropologue Katy Fox, qui comprend CELL comme une bouture du mouvement de transition-towns, initié par l’irlandais Rob Hopkins en 2006.

Depuis 5 groupes de transitions ont vu le jour un peu partout à travers le Luxembourg : Transition, West, Transition Minett, Transition Eisléck et une cooperation étroite se poursuit entre « equiclic Junglinsteret CELL ». Le projet avec le plus d’ampleur est la coopérative Enercoop de Transition Minett. Il s’agit d’une coopérative entretenant des panneaux solaires à Esch-sur-Alzette et comptant plus de 80 coopérateurs. De plus, en 2014 s’est établie la coopérative de maraîchers TERRA sur l’Eecherfeld. Elle livre des paniers de fruits et légumes à environ 150 familles.

A côté de ces projets existants, Norry Schneider coordonne d’autres initiatives innovantes comme celle de la maison de la transition, qui devra ouvrir ses portes avant la fin de l’année. Un magasin vendant de produits régionaux, un bar à restauration, un lieu d’assemblage et un co-working space devront trouver place sous le toit de cette maison. De plus un groupe de travail se créera pour réfléchir sur de modèles économiques de post-croissance. Pour cette tâche, Norry va chercher à trouver des partenaires ponctuels. « A l’université du Luxembourg par exemple un séminaire sur la durabilité se tient depuis plusieurs semestres », cite Norry Schneider comme exemple. En général le mouvement transition devrait pouvoir profiter plus des recherches de scientifiques. " Au Luxembourg personne ne peut nous dire combien de métaux lourds se trouvent encore dans les terres du sud du pays. Mais si on veut encourager des activités comme les jardins urbains, il nous faut des informations sur les polluants. "

En printemps 2015 une convention entre CELL et le ministère du développement durables et des infrastructures a retenu que le salarié de CELL devra aussi soutenir les communes dans leur réalisation du pacte climat. Parce que les communes sont souvent peu formées dans les stratégies participatives, Norry Schneider va justement prêter son expertise dans ce domaine et explorer quels projets citoyens peuvent se réaliser. « Les communes ont un grand répertoire en ce qui concerne les données chiffrées, mais en tant que mouvement nous avons une vue d’ensemble sur les problématiques régionales », souligne Norry Schneider. Sa méthode directive est celle de la sociocratie, c’est-à-dire les décisions doivent être prises par les responsables engagées, axée sur trois piliers : l’intégration d’un grand nombre d’acteurs locaux, la formation et l’échanges entre les acteurs impliqués.

Du réseau CELL ont émergé différents groupes thématiques axés sur l’agriculture biologique (SEED, Momo’s Garden, TERRA, Aquaponics) le recycling (wandel.bar, No Waste and Sustainable Living Luxembourg) ou encore axés sur la monnaie complémentaire (Beki). Du fait que de plus en plus d’initiatives émergent, Katy Fox espère la création de nouveaux emplois.

Pour faire face au risque de manque de liquidité en attente de subsides publics accordés, CELL a obtenu une ligne de crédit de 35.000 Euros de la part de la BCEE et d’etika.

Le 19 juillet 2016 le CELL a reçu le prix etika 2016 (plus d’infos ici), puis le 6 février 2017 le Präis Hëllef fir d’Natur de natur&ëmwelt.

Projet REconomy

Dans le cadre du projet REconomy pour favoriser le lancement d’initiatives luxembourgeoises le CELL a commencer en 2018 un réseau de communautés qui visent à transformer et relocaliser l’économie. Dans une logique d’éducation populaire on veux animer la création d’un espace de débats où l’économie est en question. Il s’agit d’ouvrir des perspectives de développement nouvelles prenant en compte les besoins de résilience de la planète et des populations. Pour les bésoins de ce projet le CELL a reçu en 2018 une deuxième ligne de crédit de 29 250 euros sur une durée d’un an et 9 mois.

Le Centre de REconomy, basé à la MESA à Esch/Alzette, invite des économistes hétérodoxes, des sociologues, des urbanistes géographes, etc. lors de soirée-débats, de journées d’études et de séminaires de partage et de prospection pour ouvrir des perspectives de développement nouvelles prenant en compte les besoins de résilience de la planète et des populations et de susciter du dialogue entre les milieux politiques, économiques, universitaires, associatifs et les citoyens.

Dans une logique collective d’éducation populaire le Centre de REconomie accompagne le montage de projets avec des temps de travail individualisés et des temps collectifs en s’appuyant sur les ressources de chacun-e et des appuis extérieurs pour créer une véritable dynamique pour l’entreprendre autrement.

Contact
1 Leewelerwee,
L-8523 Beckerich,
tél. +352 691 643 124,
Mail : info@cell.lu
Site

Article du 25 septembre 2015, dernière actualisation le 5 juillet 2018