Des legumes d’ici

, par Ekkehart Schmidt













La pépinière Demeter "Schanzer Bio Geméis" a été fondée fin 2016 par Maggy et Carlo Demuth et leur co-partenaire, le jardinier Demeter Hugo Krijnse Locker. Ce dernier est l’un des pionniers de l’agriculture biologique au Luxembourg, depuis 1989 il exploite un jardin maraîcher à Mamer, en 1999 il a obtenu l’un des premiers crédits etika dans le secteur biologique.

Comme la famille Demuth tenait beaucoup à ce que ses douze hectares de terrain à Altrier - entre Echternach et Junglinster - soient exploités de manière biologique, elle s’est investie corps et âme dans la difficile phase initiale. Et ils ont réussi : leurs produits ont reçu le label BIOG et ont été vendus dans tout le pays par le grossiste biologique Biogros.

Entre-temps, la pépinière biologique d’Altrier en est à sa cinquième année de culture biologique. Au cours de l’hiver 2020/ 21, le moment est venu de procéder à une restructuration. Au début de l’année 2021, la crèche a été restructurée : La "BIO-Gaart Altréier S.à r.l." a succédé à la "BIO-Gäertnerei op der Schanz", avec pour directeur général Willy Noesen, qui est déjà un fournisseur de longue date de Biogros du groupe Oikopolis en tant que jardinier.

En tant que l’un des deux actionnaires de la nouvelle société, il détient 10 % des actions. L’actionnaire majoritaire est OIKOPOLIS Participations SA, qui, avec 90 % des parts de la société, est également responsable de la majorité des investissements opérationnels. Les quatre grandes serres existantes, situées directement au Marché Altrier de Naturata Bio ainsi que de l’autre côté de la rue, sont gérées par Jeff Weydert de la société voisine Fromberger-Haff, un ancien employé de la chaîne de supermarchés biologiques Naturata.

Ainsi, la gestion de la pépinière biologique est entre des mains plus jeunes et les pionniers fondateurs peuvent profiter de leur retraite bien méritée.

L’exploitation offre suffisamment d’espace pour la culture en plein air de divers légumes biologiques, ainsi que quatre serres chauffées, où seules diverses variétés de tomates biologiques sont actuellement cultivées. Jeff Weydert a loué les serres situées juste derrière le magasin de la ferme. En plein champ, ils cultivent principalement des laitues biologiques, mais aussi des radis, des choux-raves et des brocolis biologiques. L’augmentation des surfaces cultivées en légumes est très importante au Luxembourg, car jusqu’à présent, le pays est extrêmement dépendant de l`importation de fruits et lêgumes.

Ce projet qui s`intègre dans la philosophie d`OIKOPOLIS qui est bio, local et social associative - ce qui au Luxembourg est toujours encore innovateur et pilote - minimise un peu l`importation en légumes biologiques. Vu le but du gouvernement d`exploiter en 2025 20 % de la surface cultivable en bio le plus value de ce projet est claire.

Pour les besoins de la reprise de l’exploitation, la BIO-Gaart a donc reçu en mai 2021 de Spuerkeess et etika un prêt participatif de 150 000 euros, dont la durée est de dix ans. La prime d’intérêt de la part d’etika s’élève à 0,5%.

Le contexte est le suivant : Chaque entreprise qui dêbute dans l`agriculture ou bien, comme dans ce cas-ci dans le jardinage à grand échelle a souvent le problème de manque de liquidité. Au début les investissements et paiements des salariés dépassent largement les revenus. Depuis la reprise en janvier, les coûts salariaux ont bien sûr déjà été engagés, mais les premiers revenus ne sont perçus que bien plus tard. Une augmentation de liquidité était nécessaire dans une branche comme le maraichage en hiver.

Le 25 juin, Willy Noesen et Jeff Weydert ont pu recevoir un visiteur de marque pour l’inauguration officielle : Le Grand-Duc Henri, qui était accompagné de Romain Schneider, ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, et d’Aender Schanck du groupe Oikopolis. Après une visite, le chef d’État lui-même a prêté main forte (photos). "Non, le Grand-Duc Henri n’a pas choisi la carrière d’agriculteur", ironise le Luxemburger Wort le lendemain sous le titre "Dans le feu de l’action au lieu d’y être". Mais il a été autorisé à goûter quelques délices provenant directement du champ ou des serres.

Afin d’augmenter la richesse des espèces, des nichoirs à oiseaux ont également été accrochés sur le terrain et quelques ruches ont été installées. L’énergie est principalement fournie par l’énergie solaire et une usine de fabrication de copeaux de bois pour le chauffage, et les bassins de récupération des eaux de pluie assurent en partie l’irrigation des champs.

Contact  : Willy Noesen, BIO-Gaart Altréier s.a.r.l., 24 op der Schanz, L-6225 Altrier, tél. : 621 477 956

Photos dans le texte © SIP Jean-Christophe Verhaegen ; photo de titre : Anouk Antony, Luxemburger Wort 2021

Article du 14 juillet 2021