Projet de reforestation au Costa Rica

, par Ekkehart Schmidt













Financée par des dons, l’association luxembourgeoise rainforest.lu effectue depuis 2013 un reboisement avec des espèces d’arbres indigènes sur des zones sélectionnées au Costa Rica et l’accompagne scientifiquement.

Il est bien connu que la consommation de C02 par habitant au Luxembourg est l’une des plus élevées au monde. Chaque année, plusieurs tonnes de CO2 sont émises par habitant, par exemple par le chauffage, l’utilisation de véhicules et la consommation en général. L’utilisation d’une voiture produit à elle seule environ 1,5 tonne de CO2 par an. En 2013, ce constat effrayant a conduit à la fondation d’une association de "passionnés de la forêt" luxembourgeois qui ne voulaient plus supporter ces faits globalement irresponsables. Bien sûr, ils produisent aussi du CO2, mais ils ont trouvé un moyen de neutraliser les gaz climatiques : Un arbre de la forêt tropicale absorbe 500 kg de CO2 au cours de sa croissance. Si vous pouviez acheter un tel arbre ou sa plantation, vous auriez la garantie qu’il vieillira et travaillera pour vous, pour ainsi dire.

Par le biais du contact avec l’association "Rainforest of the Austrians" autour du Dr. Anton Weissenhofer de l’Université de Vienne, le groupe autour de Vroni Fischbach et Raymond Aendekerk a pu participer à un projet de forestation* au Costa Rica. Le Dr Weissenhofer, botaniste tropical, travaille au Costa Rica depuis 20 ans et dirige la station tropicale du corridor biologique "La Gamba". Ils ont fondé l’association "Rainforest.lu" afin de collaborer avec l’"Association des Autrichiens pour la forêt tropicale" et la population locale pour préserver la forêt tropicale en participant au (re)boisement de cette dernière. La population locale est impliquée dans les projets par la formation et l’information.

En raison de diverses évolutions économiques, sociales et politiques, une déforestation massive a eu lieu au cours des dernières décennies. La mise en place de grandes monocultures pour la production de biens d’exportation tels que les bananes, les palmiers à huile et les ananas, ainsi que le développement de vastes pâturages pour la production de viande, ont entraîné la destruction des habitats primaires et une fragmentation importante des forêts restantes.

Au Costa Rica, la déforestation spectaculaire a au moins été ralentie en 1996 par une loi forestière restrictive. Parallèlement, la régénération des sites dégradés est une tâche difficile pour les écologistes de la restauration.

La "neutralisation" des émissions de CO2 obtenue par la plantation n’est, bien entendu, que de courte durée : les arbres ne peuvent stocker le CO2 que temporairement. Au plus tard lorsqu’ils meurent, la plupart du CO2 retourne dans l’atmosphère.

Par conséquent, ces plantations doivent s’inscrire dans le cadre d’un projet de reforestation réellement durable et sérieusement supervisé, sinon il ne s’agit que de poudre aux yeux et de "blanchiment écologique". La plateforme Votum Klima est claire à ce sujet. Dans ses revendications électorales actuelles, elle déclare : "Les forêts doivent avant tout être protégées en tant qu’écosystèmes et habitats complexes, et non en tant que puits de carbone. Les forêts ne peuvent pas compenser le CO2 importé dans l’atmosphère par la combustion de combustibles fossiles tels que le pétrole, le gaz et le charbon de manière ’neutre’."

Le projet est soutenu financièrement par le Ministère du Développement Durable et des Infrastructures (MDDI). Après le versement d’une première tranche, l’association a reçu en juin 2018 d’etika et Spuerkeess un prêt relais de 145 000 euros (pour un investissement total de 299 603,80). La durée est de 2 ans jusqu’au décaissement de la deuxième tranche de la subvention par le MDDI.

Le prêt sera utilisé pour acheter des terres agricoles, en particulier des plantations d’huile de palme, que les activités du projet permettront de retransformer en forêt tropicale. Le résultat, attention, n’est plus la forêt primaire qui a été irrémédiablement perdue, mais seulement la forêt secondaire en remplacement.

Regardez un film de 5 minutes sur le projet ici :

http://www.youtube.com/watch?v=1XAWmmpnb9Y

L’année 2018 a été particulièrement fructueuse pour la station tropicale. Le corridor biologique COBIGA a été élargi pour inclure deux propriétés supplémentaires, toutes deux adjacentes à la forêt tropicale des Autrichiens. La Finca Julian, d’une superficie de 54 hectares, est située dans la vallée de Bonito et pourrait être achetée à un prix favorable. La Finca Quebrada Chorro, d’une superficie de 101 hectares, située à La Gamba, a été donnée à la station tropicale et donc transférée des propriétaires autrichiens à la station. Grâce à un projet avec rainforest.lu, il a également été possible d’acheter une finca de 41 hectares à Fila Cal, à 500 m au-dessus du niveau de la mer. Cela a déjà porté la part du corridor biologique à 350 hectares.

Contact : rainforest.lu, Vroni Fischbach, 21, Schleisschen, L-8506 Redange, Tél. : 23 620 450, info@rainforest.lu, www.rainforest.lu

* Le boisement ou le reboisement ne doit pas être confondu avec l’afforestation ou la reforestation. Cette dernière vise généralement une utilisation économique des zones anciennement dégradées (que ce soit par l’abattage de forêts commerciales ou primaires, de pâturages, etc ). Le "reboisement", quant à lui, vise à restaurer une forêt primaire détruite aussi proche que possible de son état naturel, ou à donner à une forêt primaire adjacente la possibilité de se reconstituer plus rapidement.... une forêt secondaire riche en espèces est ainsi créée.

article du 6 septembre 2018, mis à jour le 26/03/2019.