Les finances d’etika

, par Jean-Sébastien Zippert

Pour permettre de couvrir ses frais généraux, etika se finance essentiellement en fonction du volume d’épargne contenu dans le mécanisme Epargne Alternative.
En effet, etika a conclu un protocole d’accord avec la BCEE qui stipule que la BCEE reverse à Etika 0,5 % du volume d’epargne total (y compris la dotation de la BCEE) chaque année. Ce montant est versé chaque trimestre sur la base du quart du montant de l’Epargne constaté le dernier jour du trimestre précédent. Depuis décembre 2008, le pourcentage a été ramené à 0,3 % pour accroître la solidarité du mécanisme, voir détails ici.

Pour alimenter son fonds de garantie, la BCEE reverse à etika la partie de la bonification (ou différentiel) d’intérêt sur l’épargne qui n’est pas réinvestie en crédits. Ce différentiel est calculé sur la base du taux de rémunération de l’épargne traditionnelle.

Ce versement se fait chaque trimestre sur la base du quart du montant d’épargne constaté la dernier jour du trimestre dernier.

Les autres recettes d’etika sont les cotisations de ses membres. La cotisation annuelle étant fixée à 250 euros pour une personne morale, etika a donc perçu 2.250 euros de cotisations pour l’année 2013.