Biofriend - un grossiste qui revitalise une parcelle

, par Jean-Sébastien Zippert

Avec un crédit de 40.000 euros d’une durée de 10 ans octroyé en juillet 2006, etika et la BCEE contribuaient au financement d’un nouveau producteur et grossiste biologique au Luxembourg. Le bénéficiaire était la S.àr.l Biofriend de Hautbellain dirigée par Vincent Douwes et son épouse.

L’objet de la société était double. D’un côté elle était engagée dans la promotion et la vente en gros de produits issus de l’agriculture biologique et du commerce équitable, et de l’autre elle investait une part du bénéfice dans un projet de pâturage de chèvres dans le but d’une revitalisation de terrain.

L’originalité de Biofriend consistait dans un projet de traiteur bio. Avec ce mode de distribution Biofriend souhaitait occuper une niche sur le marché luxembourgeois. Le grossiste avait l’intention de fournir aussi bien les restaurants d’usine et d’entreprise que les cantines d’école ou encore celles des maisons du troisième âge. Comme les traiteurs de produits non biologiques sont biens ancrés dans ces établissements, Biofriend comptait accrocher une part du marché en se différenciant sur la qualité.

Biofriend a démarré son activité début septembre 2006. La société proposait avant tout des produits qui se conservent facilement en chambre froide, comme du pain, de la viande de volaille ou de bœuf. D’autres produits, comme le lait frais, sont distribués dans une seconde étape depuis 2007.
En plus de son engagement dans la distribution de produits privilégiant une agriculture durable, Biofriend réinvestirait une partie du bénéfice dans la revitalisation d’une parcelle de 3 hectares à Rodershausen (vallée de l’Our). Ceci a conforté le comité de crédit de etika à donner un avis favorable pour le soutien du projet.

En juillet 2009 etika a été informé que l’objectif de la société a été changé. On travaille maintenant dans le secteur immobilier. Etika a donc du transformer le crédit alternatif avec taux réduit dans un crédit conventionnel.

Un jeune chevreau de l'exploitation de Biofriend
Une vingtaine de chèvres broutent sur ce terrain. Ce type de pâturage a une longue tradition dans les Ardennes luxembourgeoises, mais a été progres- sivement abandonné au fil des années. Cela a eu comme conséquence l’avan- cée inexorable d’une végétation sauvage.
Le Geessenprojet a été créé pour arrêter ce développement anar- chique et revitaliser ces terrains avec l’élevage de chèvres. L’exploitation se fait aujourd’ hui d’une manière extensive, en évitant l’emploi de fertilisants chimiques. Cela permettait de protéger la faune et la flore, surtout certaines espèces devenues rares comme les primevères ou les orchidées.

L’élevage de ces chèvres correspondait à des critères strictement biologiques. La viande de ces animaux était également commercialisée.

Ce projet de revitalisation de l’espace rural par des troupeaux de chèvres était soutenu par la fondation Hëllef fir d’Natur qui a aussi bénéficié d’un crédit alternatif en 1999 pour la construction d’une cidrerie biologique à Hostitin en République Tchèque.

Contact : Vincent Douwes / Biofriend Sàrl. / maison 25, / L - 9943 Hautbellain / Tel : 26 95 81 31.