ProActif se lance dans la formation par la cuisine

, par Ekkehart Schmidt

La crise frappe fort : Le nombre des chômeurs est passé de environ 13 000 en janvier 2009 à 19.468 en janvier 2015, soit plus que 7% de la population active. Et la tendance à la hausse va continuer. Il y a surtout les personnes sans qualification qui ont du mal à retrouver un travail. Dans cette situation l’association de réinsertion ProActif a.s.b.l a demandé et obtenu un crédit d’investissement de etika et de la BCEE pour bâtir une cuisine dans le contexte d’un projet de qualification. Le montant du crédit, accordé en novembre 2009, est de 510.000 euros, ce qui couvre tout l’investissement. La durée du prêt est de 10 ans.

L’association a été créée par le LCGB en 1998 dans le cadre des nouvelles politiques en faveur de l’emploi. Son objet social est l’encadrement, l’initiation et le soutien des initiatives contre le chômage favorisant l’intégration de personnes précarisées (chômeurs de longue durée, personnes sans qualification) sur le marché de l’emploi. En étroite collaboration avec l’Adem, ProActif engage les demandeurs d’emploi sous contrat à durée déterminée, pendant une période maximale de deux années, afin de leur permettre de retrouver un environnement professionnel. « Au cours de leur passage auprès de notre association, ils sont accompagnés par du personnel encadrant socio-éducatif et technique. En assurant ce double suivi, nous visons à résoudre d’éventuels problèmes sociaux mais également à les guider, orienter et à appuyer leur recherche d’emploi », explique Alain Lenertz, directeur de production chez ProActif. En 2014 ProActif a réussi à reinsérer 72 chômeurs dans le premier marché d’emploi.

Crise ou pas, la restauration reste un secteur ou la demande de personnel qualifié est grande. Hormis les structures de restauration destinées à proposer des repas à prix modérés à un public en difficultés sociales, ou réalisés par des personnes handicapées, la cuisine de qualité élaborée par des personnes en insertion à destination du grand public n’existe pas au Luxembourg. Les nombreuses offres d’emploi non pourvues dans ce secteur démontrent qu’il y a un réel besoin en personnel. « En 2002, nous avons donc innové et mis en place pendant une phase test une cuisine sur un de nos sites d’activités avec un petit groupe de personnel qualifié et de demandeurs d’emploi », explique Alain Lenertz.

Représentant une surface de 120 m2, la cuisine (inauguré le 21 avril 2010) occupe en moyenne six personnes et produit environ 255 repas par jour. Ces repas sont fournis aux quatre crèches de l’association ainsi qu’à diverses maisons relais à travers le pays. Selon Alain Lenertz « cette expérience s’est révélée très positive car elle nous a permis de nous rapprocher du secteur de l’Horesca. Elle nous a surtout conduit à élaborer un concept de formation qui a trouvé un intérêt particulier auprès de l’Adem et des acteurs de ce secteur. » L’objectif du projet est de guider les chômeurs, difficiles à placer, vers un emploi par la mise en oeuvre de mesures d’encadrements et de formations sociales et techniques. Proactif crée des projets spécifiques pour occuper les bénéficiaires dans des activités adaptées à leurs difficultés d’insertion. L’objectif social de la cuisine d’insertion est de pré-qualifier en continu des demandeurs d’emploi au poste de commis de cuisine (niveau CITP) ainsi qu’au poste de chauffeur livreur. Les plus motivés pourront poursuivre une formation qualifiante de niveau CITP au Lycée Technique de Bonnevoie.

L’objectif premier est de stabiliser les personnes en insertion afin de les aider à construire un projet professionnel réaliste. Avoir un emploi rémunéré va leur donner la possibilité de découvrir les métiers afférents à la cuisine. Le projet social amène les personnes progressivement à se resocialiser et prendre confiance en elles. Les méthodes de travail acquises tout au long de leur parcours d’insertion pourront être mises en application dans d’autres établissements du secteur de la restauration. « Cette expérience acquise en cuisine sera le vecteur essentiel de l’intégration et de la citoyenneté, ainsi qu’un formidable outil de formation et d’insertion », resume Alain Lenertz.

ProActif a déjà récu des autres crédits de etika et la BCEE : en 2006 une ligne de crédit de 100.000 euros, qui a été augmenté par etika et la BCEE en décembre 2008 et atteint maintenant 1 Million d’euros (plus d’infos - en langue allemand - ici).

Contact :
PROACTIF a.s.b.l., Dumontshaff, B.P.67, L-3801 Schifflange Tél : 26 54 50 150, www.proactif.lu

Article du 16 décembre 2009, dernière actualisation le 27 avril 2015